You’ll never walk alone

Dortmund ne marchera jamais seul. De création anglaise, reprise en 1963, c’est certainement le chant le plus célèbre dans le monde du football mondial. Le « You’ll Never Walk Alone » fait également partie de l’histoire du BVB.

Tout commença sur les bords de la Mersey à Anfield, fief du Liverpool FC où, chaque week-end, qu’il pleuve ou qu’il fasse du soleil, la musique du stade se partageait entre les Beatles et Wink Martindale.

La création

A l’origine issue d’une comédie musicale écrite par Richard Rodgers et Oscar Hammerstein II en 1945, la chanson « You’ll Never Walk Alone » est désormais entonnée par plusieurs clubs de football européens et mondiaux – jusqu’à Tokyo ! Pourtant, ce n’est pas la première version qui se fait connaitre du grand public mais bien la reprise de Gerry Marsden (The Gerry and the Pacemakers) le 29 octobre 1963 qui fait entrer la chanson dans les charts anglais.

Le second club à entonner ce tube dans un stade fut le Celtic Glasgow en demi-finale de la Coupe des vainqueurs de Coupe en avril 1966 face à… Liverpool ! Vainqueurs, les anglais se qualifièrent pour la finale. Leur adversaire ? Le Borussia Dortmund ! A leur tour, les fans allemands purent entendre de leurs homologues Anglais, le 5 mai 1966 à l’Hampden Park de Glasgow devant 41.000 personnes, le chant qui deviendra également leur hymne.

L’ignorance du fan allemand

Malgré tout, d’après Uli Hesse, auteur de ‘Tor ! L’histoire du langage anglais dans le football allemand’, « la grande majorité des fans allemands n’ont aucune idée de ce que la chanson veut dire ou même qu’elle est reliée à Liverpool et au Celtic. Ils pensent qu’elle est juste chantée lors des matchs de football ».

Du côté de Dortmund, que ce soit en Bundesliga, en DFB-Pokal ou en Ligue des Champions, les animations d’avant-match ne se passent pas sans le récital de l’hymne aimé. Il y a ce petit quelque chose dans la chanson, avec sa mélodie émotionnellement forte et unique, qui passe outre la barrière de la langue anglaise et qui touche les cœurs.

Défendre la communauté tout en abordant le thème de la lutte quotidienne de la classe ouvrière, peut-être n’est-ce pas si étonnant que les Dortmunders aient une réelle affection pour le YNWA. Rappelons que la Ruhr fut une grande région industrielle abritant une grande communauté minière. Un hymne spécial pour un club très spécial. Et unique !