Le Westfalenstadion, lieu mythique

S’il y a bien un lieu qui n’a nul besoin d’être présenté à Dortmund, c’est bien ce temple du football. Néanmoins, en parler ne lasse jamais.

Cet écrin trouve son origine dans les années 1960. A l’époque cantonné au Stadion Rote Erde, le Borussia Dortmund doit faire face à un public allemand de plus en plus croissant dans ses travées. L’organisation de la Coupe du Monde 1974 ayant été accordée à l’Allemagne, le pays se lance dans une vaste phase de construction de stades. C’est d’abord Cologne, ville voisine d’une petite centaine de kilomètres, qui s’octroie le budget alloué à la construction d’une enceinte. En 1971, face à l’abandon de cette candidature, la ville de Dortmund récupéra la subvention qui vint se greffer au budget total de 16 millions d’euros prévu pour la nouvelle enceinte du Borussia.

Ce nouveau stade de 54 000 places fut construit juste à côté du Rote Erde, avec un match inaugural disputé le 2 avril 1974 face à… Schalke 04. Il n’y a pas de hasard, même pour un match de charité ! Malheureusement, deux ans auparavant, le Borussia fut relégué en deuxième division et il n’aura disputé son premier match de Bundesliga dans le Westfalenstadion qu’en 1976 ! A noter que, durant la Coupe du Monde 1974, le BVB était la seule équipe de seconde division à accueillir des matchs internationaux (25 000 spectateurs pour Zaïre/Ecosse, 53 700 pour Suède/Pays-Bas, 52 100 pour Pays-Bas/Bulgarie, 52 500 pour Pays-Bas/Brésil).

Mutations

Vingt ans plus tard, le stade connait sa première phase de rénovation avec la suppression de la plupart des places debout. Mais c’est surtout en 1995 que, après le titre en Bundesliga, le stade récupère un niveau complet en tribunes latérales. Puis en 1997 la Südtribune et la Nordtribune se mettent au niveau afin d’aboutir à un écrin de 68 800 places.

Le Westfalenstadion n’en finit plus de grandir, comme son club résident, et profite à nouveau de la candidature allemande à l’organisation de la Coupe du Monde 2006 pour subir une rénovation complète, afin d’accueillir notamment une demi-finale (65 000 personnes pour Allemagne/Pologne, Togo/Suisse, Brésil/Japon, Brésil/Ghana ou encore la demi-finale Allemagne/Italie et 62 959 pour Trinité et Tobago/Suède). Partant de ce principe, l’homologation FIFA n’est pas complète, et en 2002-2003, une nouvelle augmentation de la capacité permet au stade d’être dans sa configuration définitive avec les angles bouchés, et qui donnera place à 83 000 supporters.

Les retouches seront encore nombreuses et le stade perdit par la suite 156 places pour améliorer la visibilité des spectateurs. En 2006, de nouveaux aménagements pour la sécurité, la rénovation de l’espace VIP, des vestiaires et sanitaires, firent descendre la capacité à 81 264 puis à 80 708 en 2006-2007 et enfin 80 720 (entre 2010 et 2012) suite à un léger agrandissement mi-2010.

Actuellement, le Westfalenstadion compte 65 829 places assises en compétitions européennes ou internationales. Grâce aux places debout, qui sont toujours tolérées en Bundesliga, la capacité d’accueil peut être portée à 80 645 places. Il est par ailleurs équipé de deux écrans géants de 48 m². Très récemment, c’est tout le système audio qui a été changé (novembre 2013) tout comme un système anti-pigeons (miroirs réfléchissants) a été installé pour éloigner ces volatiles et leurs désagréables fientes.

Évidemment, on ne peut pas parler du Westfalenstadion sans citer au moins une fois la Südtribune. Certainement la tribune la plus réputée d’Europe, elle peut accueillir 24 454 personnes – record en Europe – au sommet de sa forme en Bundesliga (un peu plus de 18 000 en places assises pour les matchs FIFA et UEFA). Âme de l’ambiance à Dortmund, elle est le théâtre de bien des animations et est le berceau de tout chant repris par les 80 000 personnes présentes. Prendre place dans cette Südtribune représente un privilège, un Graal pour tout fan du BVB : son statut 100% abonnés avec une liste d’attente de plusieurs années fait tourner la tête de bien des clubs européens qui aimeraient compter sur une telle fidélité de la part de leur public.

Rien ne peut troubler la magie du Westfalenstadion, pas même un changement de nom en Signal Iduna Park pour des raisons de sponsoring depuis 2005. Dortmund peut compter au moins sur son public et cela n’est pas prêt de changer !